Le mystère des Grandes Roches selon Florent Massias

Classé dans : Non classé | 0

Actualité  ·  29. août 2019

INTERVIEW. Florent Massias, une nouvelle plume bélinétoise

Propos recueillis par Le Belinétois 

Ingénieur de formation, Florent Massias, trente-neuf ans est un jeune auteur qui a posé ses valises il y a peu, à Belin-Béliet.  Il écrit son premier roman en 2015 qu’il auto-édite. Son nouveau roman « Le cœur salé des Grandes Roches », paru aux éditions Terres de l’Ouest  rencontre un grand succès auprès des lecteurs. Entre deux dédicaces, Le Bélinétois est allé à sa rencontre. 

Le Bélinétois : Florent, la première question qui nous vient à l’esprit est la suivante: vous êtes ingénieur donc plutôt scientifique, comment vous est venue l’idée d’écrire ?

Florent Massias : J’ai goûté au plaisir de l’écriture en CM2, j’avais alors une institutrice pour les matières scientifiques et une autre pour les sciences humaines dont l’expression écrite : une année riche où il m’a été donné d’inventer des récits fantastiques, contes et autres  histoires en tous genres. En sixième, c’était plutôt axé sur les poèmes. Je me souviens de ma prof de français de l’époque qui a vu dans mes alexandrins, la plume de l’un de ses poètes fétiches et qui en a été troublée au point de me demander où est-ce que je les avais pompés ! Il m’a fallu attendre vingt ans et la rencontre de ma compagne (la deuxième personne à avoir cru en ma qualité de romancier), pour m’y remettre. Avec ce recul, je dirais que pour écrire, il faut être un peu fou ou bien entouré…

LB : Avez-vous des rituels d’écriture ? 

FM : Avant d’écrire, j’enfile un gilet à grosses mailles et m’enfonce dans mon rocking-chair, un carnet et un stylo à la main… non je plaisante ! Je me lève tôt, avant que le soleil ne pointe et m’installe dans la véranda avec mon ordinateur et un café. C’est dans ces conditions de calme absolu que ma productivité est optimale. Ceci dit, il m’arrive aussi de rester au plus proche de  l’agitation familiale et d’être dérangé toutes les cinq minutes. Tout dépend du passage que je suis en train d’écrire et de mon état d’esprit.

LB : Vous avez auto-édité votre premier roman, comment en êtes-vous arrivé à prendre le chemin de l’édition classique ?

FM : La recherche d’un éditeur est un long chemin qui n’aboutit au mariage qu’à certaines conditions : il ne faut pas se leurrer, c’est d’abord une affaire commerciale, l’auteur doit être bankable. Un journaliste en vue, un acteur célèbre, un sportif de haut niveau se vendront toujours mieux qu’un inconnu. C’est aussi une affaire de sensibilité, l’éditeur est le premier à lire le manuscrit, s’il n’accroche pas, le texte passe à la trappe. Et puis il faut arriver au bon moment de l’année, de l’actualité, ne pas être trop en avance sur son époque ni trop en retard au risque de passer pour ringard.  J’ai eu plusieurs propositions d’éditeurs dont celle de Terres de l’Ouest, maison d’édition bien installée en Occitanie, qui se développe en Nouvelle Aquitaine. J’ai choisi cet éditeur pour sa structure dynamique à taille humaine et sa sensibilité régionale. 

LB : « Le cœur salé des Grandes Roches » est paru en juin dernier, pouvez-vous nous le résumer en quelques mots ?

FM : C’est une saga familiale, un roman d’atmosphère. Celle des Grandes Roches, lieu-dit du petit village charentais des grands-parents de Bastien, le héros, mais qui pourrait être n’importe quel village de France, Belin-Béliet par exemple.  Celle des années 80/90,  époque où Bastien, n’est encore qu’un enfant. Avec son frère, il écume la région charentaise, en quête de sensations fortes. On le retrouve à l’âge adulte, loin des frasques de sa jeunesse, enfermé dans une carrière professionnelle accaparante et terne. Une promesse faite à sa grand-mère va cependant tout bousculer. Peut-être sa dernière chance de ranimer le cœur salé des Grandes Roches ? 

LB : Votre roman se déroule en Charente-Maritime mais aussi en Gironde et notamment à Cestas et Pessac. Pourquoi ce choix ?

FM : Je suis né à Paris mais j’ai passé toute mon enfance en Gironde et mes étés en Charente-Maritime.

LB : Vous voulez dire que votre roman est autobiographique ?

FM : Comme tout auteur, je m’inspire de choses que j’ai vues, entendues, voire vécues mais que je romance pour leur donner une autre couleur, un autre parfum, pour ouvrir l’imaginaire de mes lecteurs. Une partie de l’histoire se déroule au lycée Pape Clément de Pessac que j’ai fréquenté entre 1995 et 1998. Une autre à Chaillevette (NDLR : près de Royan). L’écriture de ce roman m’a d’ailleurs donné envie de revenir sur ma terre de cœur, la Gironde. C’est ce que j’ai fait il y a un an, en déménageant à Belin-Béliet. 

Florent lors d'une séance de dédicaces à la maison de la presse à Mérignac.
Florent lors d’une séance de dédicaces à la maison de la presse à Mérignac.

LB : Qu’est-ce qui vous plait dans l’écriture ?

FM : Inviter les mots, les rencontrer comme s’ils étaient des êtres vivants qui dansent autour de moi. Alors, je n’ai qu’à saisir celui qui me plait, celui qui traduit exactement le fond de ma pensée. C’est une gymnastique cérébrale exigeante mais qui me procure beaucoup de plaisir… quand j’y arrive ! Et puis j’aime les préalables à l’écriture : la prise de notes dans mes carnets, les recherches, les visites des lieux de l’action, les interviews de professionnels pour donner à mon récit la plus grande précision… 

LB : Écrivez-vous pour faire passer des messages ?

FM : Ce roman est d’abord une lecture plaisir et très accessible. L’histoire est cocasse, avec des personnages hauts en couleurs, attachants ; c’est une saga qui évade. Mais on peut en faire une deuxième lecture un peu plus profonde et se poser des questions sur nous, notre époque, le temps qui passe (ou nous qui passons sur lui). En tant que lecteur, j’aime que les histoires me transportent mais aussi qu’elles soient originales et laissent des traces même des années après. C’est ce que j’ai essayé de faire ici mais je laisse les lecteurs en juger.


Florent Massias sera à la bibliothèque Aliénor de Belin-Béliet le lundi 2 septembre à 15h pour une rencontre littéraire à l’occasion du rendez-vous mensuel « le thé sur le livre ».

Retrouvez toute l’actualité de l’auteur sur son blog : fmassias.blog4ever.com

Sur sa page Facebook: Massias Florent

Interview de Jean-Paul Gaüzère

Classé dans : Non classé | 0

Ce dimanche 9 Juin, toute la matinée, la librairie Arabesque à Hossegor recevra l’auteur Jean-Paul Gaüzère qui vient de publier son roman « la folle semaine de Bob dit l’âne » aux éditions Terres de l’Ouest situées à Soorts. L’occasion pour ce Seignossais d’adoption de présenter son ouvrage au grand public avant le traditionnel salon du livre d’Hossegor (5, 6 et 7 Juillet). Coup de projecteur sur l’auteur :

1.   Vous situez l’action du roman à Seignosse, mais l’histoire pourrait se passer n’importe où ailleurs, pourquoi avoir choisi Les Landes et Seignosse comme cadre ?

Je suis né à Mont-de-Marsan où j’ai vécu jusqu’à mes 18 ans entre la maison de ville de mes parents et la ferme de mon grand-père à Sabres. Je suis profondément landais. Je m’en suis rendu compte en quittant le département pour exercer notamment à Madagascar, à Paris, puis durant 9 ans en Amérique Latine. Voyager a été pour moi une chance extraordinaire. Puis je suis rentré, et j’ai eu la chance d’obtenir un poste dans le sud des Landes et de trouver ma maison à Seignosse. Aussi ai-je voulu ancrer mon histoire dans ce décor que je connais et que j’aime, sur mes terres, entre les pins et la plage.

Comment vous est venue l’idée de cette drôle d’histoire ?

Ce sont 5 mots qui ont donné naissance à Robert Saint-Père. J’ai participé au concours de nouvelles d’Hossegor en 2017. Il fallait créer un texte avec les mots moucharabieh, ornithorynque, prisme, Bob Dylan, rhapsodie. J’ai trouvé cela absurde au départ puis je me suis dit que c’était l’occasion de donner vie à un personnage un peu misanthrope mais attachant. J’ai utilisé Bob Dylan et ornithorynque comme des surnoms dont les membres d’un club échangiste aimeraient s’affubler affectueusement. L’histoire de Robert est celle d’un homme un peu dépassé par les événements, un malheureux congénital, un malchanceux qui en une semaine voit sa vie basculer de manière très drôle. On vit avec lui une course contre la montre. Et quand je le relis, je me prends à rire des aventures de mon personnage. Et je suis heureux pour lui.