Agenda de l’été

Classé dans : Non classé | 0

La saison des signatures débute avec l’arrivée (enfin) de l’été.
Voici les dates à retenir sur votre agenda :
Les 6, 7 et 8 juillet : Salon du livre d’Hossegor (auteurs présents : Cécile Valey, Elisa Tixen, Jean-Bernard Durrault et Marie-Claude Aristégui)

Le lundi 9 juillet : Leclerc Mimizan : dédicace de Cécile Valey (annulé pour cause d’intempéries au magasin)
Le lundi 9 juillet : Maison de la presse de Soustons, dédicace de Élisa Tixen
Le lundi 9 juillet : de 15H à 16 heures à Magescq ; discussion avec Élisa Tixen autour de son roman : Le silence à l’ombre des pins, à la médiathèque de Magesc
Puis de 16H à 19H : Dédicace au SPAR de Magescq d’Élisa Tixen

mardi 10 juillet : A Saint Trojan les Bains à Oléron : Dédicace à la maison de la presse de Yves Chol (Claires obscures à Oléron)
vendredi 13 juillet : Intermarché Hossegor : Dédicace Maxbarteam & Jugieau Benjamin
samedi 14 Juillet : A saint Georges d’Oléron : Dédicace d’Yves Chol (Claires obscures à Oléron)

lundi 16 juillet : Leclerc Capbreton : dédicace Eric Castaignède & Benjamin Jugieau
mardi 17 juillet : Librairie des Pertuis : dédicace Marie-Claude Aristégui
vendredi 20 juillet : Intermarché Hossegor : dédicace Philippe Sentucq et Benjamin Jugieau
vendredi 20 juillet : Leclerc St Pierre d’Oléron ; Marie Claude Aristégui

samedi 21 juillet : Leclerc St Vincent de Tyrosse : Benjamin Jugieau et Philippe Sentucq
samedi 21 juillet : Maison de la presse Montdésir à Mérignac : Eric Castaignède (les hauts murs d’Augustin Magnin)

lundi 23 juillet : Intermarché Soorts-Hossegor : Eric Castaignède et Benjamin Jugieau
lundi 23 juillet : Intermarché Dolus d’Oléron : Marie Claude Aristégui

mercredi 25 juillet : La bouquinerie Soulac : Dédicace Eric Castaignède

samedi 28 juillet : maison de la presse Seignosse : Benjamin Jugieau
samedi 28 juillet : Intermarché Dolus d’Oléron : Dédicace Yves Chol

dimanche 29 juillet : Librairie D’Aliénor au Château d’Oléron : dédicace Yves Chol
lundi 30 juillet : Leclerc Capbreton : Dédicace Serge Tachon
lundi 30 juillet : Carrefour Tarnos : Philippe Sentucq et benjamin Jugieau
mardi 31 juillet : Librairie des Pertuis à St Pierre d’Oléron : Dédicace Yves Chol

Aout :

Vendredi 3 aout : Leclerc Capbreton : Présentation du fond éditorial
Samedi 4 aout : Leclerc St Vincent de Tyrosse Elisa Tixen et Serge Tachon
Samedi 4 Aout : Intermarché Soorts Hossegor : Présentation du fond éditorial

Mardi 7 aout : Super u Lacanau : éric Castaignède
Jeudi 9 aout : Leclerc Arès : éric Cataignède
Vendredi 10 aout : Espace culturel Leclerc ST Pierre d’Oléron : Y Chol.

Samedi 11 aout : Intermarché Dolus d’Oléron : Présentation du fond éditorial
Dimanche 12 aout : La veillée Biscarosse : C Valey
Dimanche 12 aout : Salon du livre de Léon (Elisa Tixen)

Dimanche 12 aout : Librairie des Pertuis : Présentation du fond éditorial
Lundi 13 aout : Leclerc Capbreton : ???
Lundi 13 aout ; Leclerc Biscarrosse : Cécile Valey
Lundi 13 aout : Intermarché Dolus : Aristégui Marie-Claude et à 17H00 lancement officiel du livre de Florian Horru : Oléron Couleurs Pourpres

Mardi 14 aout : LIbrairie Soulac  : JB Durrault
vendredi 17 aout : Super U Lacanau : Cécile Valey

samedi 18 aout : Leclerc Biscarrosse : Cécile Valey
lundi 20 aout : Carrefour Tarnos : Philippe Sentucq
mardi 21 aout : Maison de la presse Civray : Bernard Clément
Mercredi 22 aout : Intermarché Soorts Hossegor : présentation du fond éditorial
Vendredi 24 aout : Leclerc Capbreton : Maxbarteam et Benjamin Jugieau

Le samedi 15 septembre : Carrefour Dax : Serge Tachon et Philippe Sentucq de 9H à 17H30.

Le samedi 22 septembre : librairie 45ème parallèle à Pessac : Dédicace de Élisa Tixen

Le dimanche 30 Septembre : Salon du livre de Buzet

Le samedi 6 octobre 2018 : Animation dédicace de Bernard Clément à la maison de la presse d’Usson du Poitou.
Le samedi 6 Octobre : Elisa Tixen en signature à Cultura La Teste de 9H à 18H.

Les 6 et 7 octobre ; Salon du livre Pyrénéen : à Bagnères de Bigorre.

Les 13 et 14 octobre : Salon du livre d’Orthez + salon du livre de Geaune. (oui, oh la bonne idée, comme chaque année, ces deux salons distants de 30kms se tirent la bourre…)

Novembre : Dédicace Bernard Durrault à FNAC Bordeaux lac.
Le 12 janvier 2019 : Fnac de Bordeaux lac : Dédicace de Philippe Sentucq

Un roman policier à Oléron

Classé dans : Non classé | 0

Ce mois de Juin fut également l’occasion de lancer un polar pour l’été à l’île d’Oléron !

Même si les tribulations des enquêteurs nous conduisent autant sur le continent du côté du bassin de Marennes qu’à proprement parler sur l’île d’Oléron, c’est bien l’île d’Oléron qui est mise en valeur dans ce roman d’Yves Chol. Depuis le port de Saint-Denis d’Oléron, l’ancien commissaire de police Adhémar et sa joyeuse troupe de motards, vont enquêter au départ sur un simple vol de… moto !

Puis, au fil des pages, leurs recherches vont mener à des vols bien plus communs sur le Bassin de Marennes-Oléron : Des vols d’huîtres. 2 Tonnes d’huîtres volées, auxquels s’ajoutent des vols de chalands, ces petits bateaux de pêche qu’on appelle également « plates ». Devant l’énervement des ostréiculteurs dépités par la passivité et l’impuissance des pouvoirs publics, ces derniers vont s’en remettre intégralement aux investigations non officielles du commissaire et de ses amis. Certes, si les moyens sont peu orthodoxes et à la limite de la légalité, tout au moins ont-ils le mérite d’aboutir.

Les révélations sont surprenantes et le lecteur passera un très agréable moment en compagnie de ces enquêteurs en herbe, bons vivants, adeptes de moto, de bonne bouf’ et de justice…

Le résumé :

Pour Adhémar Timon, commissaire tout juste retraité, se lancer à la recherche d’une Harley Davidson volée sur Oléron n’est pas un projet des plus enthousiasmants. S’il accepte néanmoins, c’est uniquement pour prêter main-forte à son ami « le Prof ».
Pourtant rapidement, il comprend qu’il ne s’agit pas d’un vol isolé, mais d’une affaire qui s’inscrit dans un trafic bien plus large et, franchement plus stimulant pour cet intrépide flic de terrain dont le flair ne s’est pas émoussé. Les motos, les huîtres, les chalands… tout disparaît dans le secteur. La colère gronde et la mort rôde autour des cabanes ostréicoles. Très vite, on découvre un premier cadavre.
Les gendarmes mènent l’enquête. Adhémar Timon aussi, avec son ami tout aussi retraité et des motards de l’île d’Oléron dont le comportement désarçonne parfois l’ancien commissaire.
Yves Chol, qui connaît bien le bassin d’Oléron, Marennes ou Le Chapus, plante un décor maritime éclatant de couleurs, a priori paisible, au sein duquel cependant il ancre un polar à l’ambiance pour le moins rugueuse.
ISBN: 979-10-97150-14-3
Format : 120x180mm
234 pages

 

Deux nouvelles parutions en Juin

Classé dans : Non classé | 0

Tout d’abord, nous vous informons de la parution du roman de Bernard Clément : Les insurgés de la bergerie. Un magnifique roman arrivé juste à temps pour le salon du livre de Montmorillon, dans la Vienne, le 16 juin dernier. Ce roman retrace la vie des habitants d’un petit bourg du Sud Vienne, proche de la ligne de démarcation de 1940 à 1945. A travers une palette de personnages hauts en couleur, c’est un peu la vie de ceux qu’on appelle communément les « petites gens » dont l’auteur décrit la vie sous l’occupation et sous le régime de Vichy. Le lecteur, habitué aux moyens de communication actuels, immédiats et omniprésents, sera surpris par l’attitude des français de l’époque, à la fois étonné par l’arrivée des troupes allemandes dans leur village et s’en remettant corps et âme au sauveur Pétain. Et puis, les années passent, la misère gagne, les restrictions alimentaires pèsent, un sentiment d’injustice et de rébellion s’instaure. Alors la résistance s’organise…
Le résumé :
Dans la France rurale de 1940, en Poitou-Charentes, proche de la ligne de démarcation, la vie continue, rythmée par le travail des champs, alimentée par un sentiment d’impuissance des habitants face à l’occupant.
Dans cette histoire, l’auteur fait la part belle aux petites gens, saisis dans leur quotidien de labeur, sans luxe ni confort, baragouinant un patois qui les isole toujours plus du monde moderne. Une galerie de personnages authentiques, qui, chacun à leur manière, commencent à opposer une forme de résistance à l’ennemi. Et si les coups d’éclat se limitent au départ à coller des affiches et à voler les pommes de terre destinées aux armées allemandes, c’est par ces petits actes de résistance que les gens du pays vont peu à peu prendre conscience que le régime de Vichy ne les sauvera pas.
Le lecteur vibrera à l’évocation de ces destins tourmentés par les descentes de la Gestapo, la traque des juifs et des communistes, la propagande pétainiste dans les journaux régionaux… Une photographie réaliste de cette France collaborationniste entre 1940 et 1945, qui ne laissera personne indifférent.

Format : 130x205mm – 300 pages

ISBN: 979-10-97150-12-9
Prix : 16€ – sortie le 15 juin

Ossau la vallée du mensonge : Interview de l’auteur : Marie-Claude Aristégui

Classé dans : Non classé | 0

Ossau la vallée du mensonge :

Interview de l’auteur : Marie-Claude Aristégui

 

***Quelle était l’idée de départ ?

— Raconter l’histoire d’une famille ordinaire, qui, à la suite d’une tragédie, va se révéler bien différente. Mon objectif était de camper des gens qui au fil des événements découvrent leurs proches sous un jour nouveau. Ce qui les oblige aussi à se remettre en question et à douter, ce qui n’était pas dans leurs habitudes faites de certitudes.

*** Pas de psychopathe, de tueurs en série, dans ce roman ?

— Non ! Surtout pas. Je n’avais pas envie de rougir de sang toutes les pages. Je n’aime pas écrire ce que je déteste lire.

*** La façon dont se déroule votre enquête est-elle de facture classique ?

Oui. Pas tout à fait à vrai dire, en ce sens qu’elle progresse non pas à travers le regard de l’enquêteur, bien présent toutefois, mais à travers celui du protagoniste principal. Cela permet de mieux comprendre les failles des personnages.

*** Votre histoire se déroule en grande partie en montagne, dans les Pyrénées, en vallée d’Ossau. Pourquoi ? Parce que vous connaissez cette région ?

— L’histoire pourrait se dérouler n’importe où. Des familles de « taiseux », on peut en rencontrer ailleurs. Mais je voulais un environnement qui apporte du relief à l’intrigue. Le décor montagnard, jubilatoire sous le soleil et oppressant dans la brume, convient bien aux émotions de mes personnages. Et en effet, je connais bien la vallée d’Ossau, c’était plus pratique…

*** Pourquoi un roman policier ?

— Pour jouer à l’assassin impunément. Je plaisante ! C’est un exercice que j’aime bien, il oblige à une certaine rigueur dans la construction de l’intrigue, même s’il n’est pas indispensable, à mon avis, de respecter toutes les règles des enquêtes policières. C’est une fiction. Pas un procès-verbal.

*** Votre métier de journaliste vous aide ?

— Non. Cela n’a rien à voir. Un journaliste relate ce qu’il sait, ce qu’il voit. Il n’invente pas et ne trucide personne.

*** Pouvez-vous citer rapidement des auteurs de romans policiers que vous appréciez ?

— R.J. Ellory ou Robert Goddard, dans un registre très différent. Et Simenon. Et Izzo.

*** Et en littérature hors polar ?

— Bon… rapidement alors. John Fante, Pete Dexter, Paul Auster, Romain Gary, Jules Renard.