De retour à Non classé

Les hauts murs

17,00

Augustin Magnin, peintre renommé d’après-guerre et ancien poilu, est retrouvé assassiné en Gironde dans des circonstances plus que particulières : il a été empalé sur un monument aux morts commémorant 14-18.
Qui a bien pu s’en prendre à un vieil homme dans ce coin perdu du Médoc ?

Une écriture soignée et un roman puissant dans la veine de « Au revoir là-haut » de Pierre Lemaître (Albin Michel, 2013).

286 pages – 17,00 €
ISBN: 979-10-97150-07-5
Format : 130X205mm

197 en stock

UGS : 9791097150075 Catégorie :

Description

Augustin Magnin, peintre de renommée internationale, est l’auteur d’une toile intitulée « Les hauts murs » inspirée par les traumatismes de la guerre de 14-18.
En Médoc, au cours d’une soirée hommage consacrant sa carrière d’artiste, une jeune femme l’interpelle au sujet de ce tableau. La tonalité de ses questions et leur pertinence ne laisse aucun doute à l’ancien poilu : la jeune femme a percé le secret qui le hante depuis si longtemps…
Quelques semaines plus tard, Magnin est retrouvé empalé sur le monument commémorant les morts de la Grande Guerre de son village. Mais qui a bien pu assassiner cet ancien combattant, pourtant apprécié de tous ? La vérité se cache peut-être dans les carnets de guerre que le vieil homme a laissés derrière lui…

Informations complémentaires

Poids 350 g
Dimensions 21 × 13 cm

3 avis pour Les hauts murs

  1. admin

    Un beau roman. La guerre de 14 en toile de fond pour une histoire bien écrite et un style fluide.
    Des personnages attachants et la sensation de les voir évoluer par une description toute en sensibilité. Une bonne découverte.
    Critique Babelio – lecteur33 du 09 février 2018
    https://www.babelio.com/livres/Castaignede-Les-hauts-murs–Marcher-au-dela-du-temps/1025247

  2. admin

    Suites de l’horreur 14/18 dans notre époque. Posté le 26 janv. 2018
    Finalement peu de texte sur la guerre, mais des images marquantes, éprouvantes. La narration est originale, on ignore qui est le personnage du roman jusqu’en milieu de livre. Quelques rares phrases ont une tournure un peu lourde, dans un ensemble bien écrit, avec beaucoup de sentiment. J’espère le second livre de cet auteur.
    Bernard G (FNAC)
    https://www.fr.fnac.ch/a11192714/Eric-Castaignede-Les-hauts-murs

  3. admin

    De nombreux ouvrages ont décrit la guerre de 14-18. Eric Castagnède l’utilise comme toile de fond pour permettre au narrateur de remonter une piste difficile et comprendre pourquoi un peintre renommé héros de guerre, a fini sa vie empalé sur le fusil d’une statue du monument au mort.
    Mieux qu’avec une caméra, l’auteur nous fait vivre par petites touches la vie dans les tranchées, sur les champs de bataille, la déshumanisation des soldats, et les atrocités sur les civils. C’est l’histoire bien troussé des victimes civiles et militaires de toutes les guerres, sous toutes les latitudes.
    Les Hauts murs est un beau roman, âpre, qu’on devrait faire lire aux ados en cours d’histoire et de littérature, puis laisser échanger sur le sujet entre filles et garçons…
    http://www.infobassin.com/livres-musique/livres-region-jugiau-castagnede-belder.html

Seulement les clients connectés ayant acheté ce produit peuvent laisser un avis.

Vous aimerez peut-être aussi…

À la recherche du trésor des templiers
À la recherche du trésor des templiers
Jean Letoc, un jeune homme qui rêve de devenir archéologue, a entrepris des fouilles clandestines sur un ancien ossuaire. Mais surprise, au milieu des très vieux squelettes, il en trouve un plus «récent». Effrayé par cette découverte qui le dépasse, Jean va demander de l’aide à son professeur et ami. Ensemble, en suivant la piste de messages mystérieux qui vont jalonner leur enquête, ils se lanceront dans de rocambolesques aventures pour tenter de mettre la main sur le fabuleux trésor des templiers. Mais ils ne sont pas les seuls à courir après ce trésor…
Non évalué 17,00 Ajouter au panier
Jaune sang – aveux d’un exilé espagnol
Jaune sang – aveux d’un exilé espagnol
Julien Parois, ancien républicain espagnol et résistant sous l’Occupation, le sait intimement, il vit là ses dernières heures ! Et bien que sa vie fut pleine de rebondissements, celui qui en 1939 en Espagne s’appelait encore Joaquin Palanques, porte en lui comme un fardeau, un profond regret. Conscient de l’imminence de sa mort, il n’a plus de temps à perdre et se décide à écrire. Son témoignage prend alors la forme d’un étrange dialogue. À qui Julien s’adresse-t-il dans ce récit ? De quel drame atroce se sent-il responsable ? Jaune Sang nous conduit de l’Andalousie franquiste aux rives de l’Algérie française, puis à Barcelone aux côtés de militants républicains. Tous unis pour le même combat : la liberté.
Non évalué 9,00 Ajouter au panier